6th International Conference Rome May 15-17, 2019

 

Roma Tre University - Humanities Department

Université Paris <Diderot (LARCA UMR 8225)

Biblioteca di Storia Moderna e Contemporanea (Rome)

In Collaboration with

Istituto Centrale per il catalogo unico (ICCU) Rome

Université de Versailles Saint Quentin (CHCSC)

Protesting in a Foreign Language:

The Foreign-Language Press and Dissent

The foreign-language press is an extremely varied, complex phenomenon, specifically defined as the press printed in languages that are different from the official language(s) of the country where it is published. While often underestimated because they are perceived as marginal or even “foreign”, foreign-language periodicals actually account for a substantial portion of the national presses of most countries and contribute to the development of very important historical and contemporary phenomena. Specifically, they can be used as an alternative way to spread ideas and practices both in the country where they are printed and transnationally.

 

The aim of the sixth international meeting of the Transfopress network (http://transfopresschcsc.wixsite.com/transfopress) is to come up with reflections on the role played by the foreign-language press in phenomena of protest and dissent, as well as in the experiences of political exile. Indeed, countless are the foreign-language periodicals that voiced political rebellion, criticized the local or foreign authorities, or were founded by insurgents. The conference will welcome papers dealing with this rich history. The possibilities of research are numerous and here are but a few examples of the periodicals that could be studied:

·         the newspapers edited by Italian exiles during the Risorgimento or by German exiles after the revolution in 1848

·         the foreign-language press published during the world wars by persecuted communities or national groups that wanted to support their own country abroad

·         the press of the dissidents of fascism or nazism,

·         the periodicals published by Spanish refugees who fought against the Franco regime abroad

·         the work of the dissidents and exiles of the South American dictatorships in the 1970s.

 

Yet the scope of the conference is wider and we encourage studies of the periodicals aimed at contradicting the political and literary discourse of the country in which they are published, and which are issued not by exiles or immigrants but rather by local groups that choose another language so they can freely express their dissent.

 

Therefore, foreign-language periodicals cannot, and must not, be studied only per se, but rather as objects or means of protest. The aim of the conference is to identify case studies that show that the foreign-language press has played a part in sparking and fostering the circulation of ideas that challenged the status quo, allowed networks of relationships to be created and contributed to promoting an alternative political and cultural debate.

There are numerous areas that may be explored.

-          First of all, the influence of the foreign-language press on the host country: did the ideas put forward in the foreign-language press go beyond the narrow scope of their community to contribute to the overall debate within the country?

-          It is therefore also important to ask what impact it managed to have inside the editors’ country of origin: could this have been an effective tool to overcome the barriers of repression/censorship and reach a broader public?

-          Its ability to circumvent censorship or simply the dominant discourse also made the foreign-language press a vehicle for “alternative” political and cultural discourses. Within this framework, we often find the translation of controversial or censored novels and stories, which in this way acquired visibility and helped spread dissident and heterodoxic ideas.

-          The role of the circulation of images in the foreign-language press could also be equally of interest: did the selected photo reports, cartoons and drawings contribute to the evolution of the local visual culture?

-           How were images challenging a conformist vision of art or illustrations advancing different interpretations of specific events chosen? Where did they come from? And how did the foreign-language press contribute to further spreading them?

-          The conference will also address the issue of how foreign-language press collections and their rich repertoire are catalogued and stored by libraries and other institutions and whether they have been digitalised or published on the web.

-          The meeting could therefore offer an opportunity to reflect on the efforts of digital humanities and create links between scholars in different areas of expertise in order to develop networks aimed at creating new online databases for academics.

 

The languages of the conference are English, French and Italian.

 

Please send a 300-500 word proposal, including 5 keywords, 3-5 bibliographic references and a brief biography (1 page max) of the proponent to the following email address: transfopress.italia2019@gmail.com

 

The deadline for submissions is: 15 November 2018 

The proposals selected will be announced by: 7 January 2019

 

Registration fee

-          50 euros

 


Scientific Committee:

Paolo Mattera, Bénédicte Deschamps, Lorenzo Benadusi, Valéria Guimarães, Luigi Guarnieri Calò Guarducci, Giorgio De Marchis, Manfredi Merluzzi Stéphanie Prévost, Diana Cooper-Richet, Patrizia Rusciani, Maria Rosaria Stabili, Sabrina Vellucci.

 

Organizing Committee:

Paolo Mattera, Bénédicte Deschamps, Lorenzo Benadusi, Laura Fotia, Donatella Montemurno.

La presse dans les langues officielles des pays balkaniques en France et la presse en ‘langues étrangères’ dans les pays balkaniques, au XXe siècle

1er juin 2017

Journée d’études

 « La presse dans les langues officielles des pays balkaniques en France et la presse en ‘langues étrangères’ dans les pays balkaniques, au XXe siècle»

 

Organisateurs : Réseau « Transfopress » (Réseau transnational pour l’étude de la presse en langues étrangères), Centre de recherches Europes-Eurasie (CREE) de l’Inalco, Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones (LARCA-UMR 8225) de l’Université Paris-Diderot,  Association française d’études sur les Balkans (AFEBALK) et BNF.

 

Date : Jeudi 1er juin 2017

Lieu : Salle du CREE, rue de Lille, Paris

 

La péninsule des Balkans ou Europe du Sud-est, aux frontières géopolitiques malléables, englobant dans la définition dominante de son extension maximale, un espace inclus entre les Carpates et la Crète, la Mer Adriatique et la Mer Noire, réunissait au début du XIXe siècle, des possessions ottomanes jouissant de divers degrés d’autonomie et des territoires administrés par les Habsbourg. Suite à une série de conflits intra et/ou interétatiques, connue dans le domaine des relations internationales, sous le nom de ‘question d’Orient’, plusieurs Etats ont été constitués tout au long du XIXe siècle et jusqu’à nos jours.

Tout au long de cette période, la presse connut aussi dans cette région du continent européen, un essor remarquable. Des éditions de journaux et de revues publiées en langues considérées comme officielles dans les différentes entités étatiques, côtoyèrent des publications en langues ‘étrangères’, telles que l’anglais, le français, l’italien ou d’autres langues pratiquées par des communautés linguistiques minoritaires et/ou d’immigrés s’installant dans les pays de cette région. En même temps, des individus originaires de l’Europe du Sud-est, émigrant vers d’autres pays du continent, dont la France, étaient parfois à l’origine de la parution d’une presse publiée dans l’une des langues officielles des Etats balkaniques telles que l’albanais, le bulgare, le grec, le macédonien, le roumain, le serbo-croate-bosniaque, le slovène ou le turc. Elément constitutif de réseaux diasporiques ou vecteur de promotion d’intérêts politiques, économiques, culturels, la presse en langues étrangères, autres que celles établies comme officielles et/ou minoritaires, est susceptible de nous aider à mieux reconstituer la diversité sociale et culturelle des sociétés concernées.  Au carrefour entre histoire de la presse, histoire de la circulation des savoirs, des discours et des pratiques, histoire de la mobilité socio-spatiale, ces supports sont très souvent, les ‘oubliés’ de la recherche historique en raison surtout de l’étrangeté de la langue dans laquelle ils sont rédigées, ou de leur place atypique dans l’écriture d’une histoire de la presse depuis la perspective de la langue officielle à l’échelle nationale.

Cette rencontre scientifique souhaite pallier à ces lacunes historiographiques et elle s’adresse à la fois à des spécialistes recouvrant l’espace de l’Europe du Sud-est et à des chercheurs travaillant sur l’histoire de la presse en langues étrangères. A côté d’une réflexion sur l’emploi et la définition du terme de presse en « langues étrangères » dans le contexte d’entités politiques multilingues, tels que l’Empire ottoman, l’Empire austro-hongrois, ou les Etats issus d’eux dans les Balkans, cette rencontre pourrait aborder plusieurs sujets concernant la conception, l’organisation, la diffusion, la fonction et la réception de cette presse dans les deux sens, à savoir la presse publiée en ‘langues étrangères’ dans les Etats balkaniques suite à la disparition des empires au lendemain de la Première Guerre mondiale, et la presse publiée dans l’une des langues officielles des Etats balkaniques au sein de la société française, ce qui permettrait de répertorier les journaux et revues de cette catégorie dans les collections de la BNF. Parmi les questionnements à soulever, il y aurait : les types des publications, les personnes qui les ont initiées, les maisons d’édition ou de presse qui les ont lancées sur le marché, les langues dans lesquelles ces imprimés sont rédigés, les réseaux qui les ont portés, leur longévité, leur chronologie, leur contenu, leurs lecteurs, le rôle de ces organes dans le mouvement général de circulation des hommes et de leurs idées, les transferts culturels auxquels ils ont donné lieu, les identités métissées auxquelles ils ont donné naissance, les stratégies de leurs acteurs dans la promotion des intérêts communautaires et/ou étatiques. Les chercheurs, souhaitant participer à cette journée d’études, prévue à Paris en juin 2017, sont invité(e)s à envoyer jusqu’au 15 février, l’intitulé de leur proposition, accompagné d’un résumé d’environ 250 mots en anglais ou en français, ainsi que leurs coordonnées, à l’adresse suivante : nikolaospitsos@hotmail.com et en copie à : diana.cooper-richet@uvsq.fr; benedicte.deschamps@univ-paris-diderot.fr; richet.isa@gmail.com. Les notifications d’acception seront communiquées fin février 2017. Les langues de travail de cette rencontre seront le français et l’anglais.

Les communications de cette journée seront publiées dans un numéro spécial de la revue Cahiers balkaniques.

Comité organisateur

Bénédicte Deschamps, MCF, UFR Etudes anglophones, Université Paris-Diderot, comité scientifique du réseau Transfopress (Réseau transnational pour l’étude de la presse en langues étrangères)

Diane Cooper-Richet, MCF-HDR, Centre d'histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC), Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines, comité scientifique du réseau Transfopress (Réseau transnational pour l’étude de la presse en langues étrangères)

Nicolas Pitsos (coordinateur), chercheur associé au CREE (Centre de Recherche Europes-Eurasie), Inalco, chargé de cours d’histoire des Balkans, ICES, membre du réseau Transfopress (Réseau transnational pour l’étude de la presse en langues étrangères)

Isabelle Richet, PU, UFR Etudes anglophones, Université Paris-Diderot, comité scientifique du réseau Transfopress (Réseau transnational pour l’étude de la presse en langues étrangères)

 

 

Comité scientifique

Michel Bozdémir, PU, (CERMOM , Inalco)

Joëlle Dalègre, MCF-HDR, (CREE, Inalco)

Bernard Lory, PU, (CREE, Inalco)

Stéphanie Prévost, MCF, (UFR Etudes Anglophones, Université Paris-Diderot)

Catherine Servant, PU, (CREE, Inalco)

Pierre Sintès, MCF-HDR, (TELEMMe, Université d’Aix-Marseille)

Méditerranée inter/transculturelle : l’Autre, le lieu autre, la langue autre

3-5 mai 2017

Le XXVI Colloque de l’AFUE propose d’analyser la représentation de l’Autre, du lieu autre et de la langue autre dans le contexte méditerranéen. À cette frontière géographique aucune période chronologique ne sera épargnée. Toutes les disciplines philologiques, linguistiques et interculturelles sont les bienvenues. Voici quelques axes de réflexion que nous proposons sans que le champ d’étude soit limité :

- Le pèlerinage en Méditerranée et les premières représentations de l’Autre.

- Représentation de l’espace méditerranéen : la ville et ses faubourgs.

- La littérature de l’émigration ou de l’exil. La littérature coloniale.

- Clichés et stéréotypes (… ou comment dire le Moi en disant l’Autre).

- Une méditerraneité au féminin ? La voix des femmes.

- Autour du « mythe méditerranéen ».

- Langue maternelle versus langue d’adoption. L’exilé linguistique.

- La métamorphose de la langue dans la représentation de l’Autre et du lieu autre.

- L’implicite et la communication interculturelle.

- La traduction en tant qu’outil pour l’interculturel.

- L’interculturel et les problèmes linguistiques.

- La dimension interculturelle dans l’enseignement/apprentissage du Français Langue Étrangère.

- Pour le Français sur Objectifs Spécifiques (FOS) on privilégiera le Français du Tourisme, le tourisme étant une façon autre d’aborder l’étrangéité.

Site web du Colloque : http://coloquioafueuib.uib.es

Contact avec le Comité organisateur et envoi des propositions de communication : 26coloquioafue@gmail.com

Dates à retenir :

- Envoi des propositions de communication : du 30 novembre au 22 janvier 2017.

- Notification de l’acceptation des propositions : jusqu’au 31 janvier 2017.

- Inscription et paiement (le cas échéant) en ligne : du 1er au 28 février 2017.

Inscription gratuite pour les membres de l’AFUE inscrits avant le premier janvier 2017.

Recovering the U.S. Hispanic Literary Heritage - 25th Anniversary Conference - Writing/Righting History

9-11 Feb 2017

In 1991 a group of scholars came together with the purpose of filling the gap which exists in American literature and history: the Hispanic contribution. Twenty-five years later and thousands of books, newspapers, historical documents and archives recovered, and disseminated, the project continues in its endeavor of writing/righting history by promoting the inclusion of Latina/o history, religion, women, civil rights, folklore, etc. into American and Hispanic culture of the world.
The XIV Recovery conference will convene in Houston to continue the legacy of scholars meeting to discuss and present their research of US Latinas/os. The conference theme invites scholars—including archivists, librarians, linguists, historians, critics, theorists--to share examples of the cultural legacy they are recovering, preserving and making available in order to write/right American culture and the culture of the Hispanic world whose peoples immigrated to or were exiled in the United States over the past centuries.
The end date for Recovery research and themes will now be 1980 in order to give scholars, archivists, linguists and librarians the stimulus needed to begin recovering the documentary legacy of the 1960s and 1970s, which is fast disappearing. Although we will not accept abstracts or papers on literature and historiography of the 1960s and 1970s; the date for these remains at 1960, papers on locating, preserving and making accessible the documents generated by Latinos in those two decades will be welcome.
As always, studies on the following themes, as manifested before 1960, will be welcome:
- Analytical studies of recovered authors and/or texts
- Critical, historical and theoretical approaches to recovered texts
- Curriculum development
- Religious thought and practice
- Folklore/oral histories
- Historiography
- Language and linguistics
- Library and information science
- Social implications, cultural analyses
- Collections and archives
- Digital humanities projects

 

Submit your 100-word abstract and vita to cvillarroel@uh.edu by August 1st, 2016
For details, contact Dr. Carolina A. Villarroel, Director of Research
University of Houston, Recovering the U.S. Hispanic Literary Heritage
4902 Gulf Fwy., Bldg. 19, Room 100 • Houston, TX 77204-2004
Tel: (713) 743-3129 • Fax: (713) 743-2847 • E-mail: cvillarroel@uh.edu

Intellectuels et médias dans les espaces hispanophones et lusophones (XIXe-XXIe siècle)

Le colloque aura lieu du 30 sept. au 1er oct. 2016 - date limite de soumission: 30 mars 2016

Ce colloque en hommage à Marie-Claude Chaput, ex présidente de l’association Pilar (Presse Imprimé Lecture dans l’Aire romane) et ancienne enseignante-chercheure de Rennes 2, a pour objet la place et le rôle des intellectuels dans les médias dans les espaces hispanophones et lusophones, dans une approche pluridisciplinaire : historique, politique, économique, culturelle et linguistique.

Les intellectuels, acteurs et témoins de leur temps, constituent une élite présente dans les médias non seulement dans l’espace consacré des suppléments culturels mais aussi dans la presse d’information générale et aujourd’hui dans les nouveaux médias de l’ère digitale (blogs et réseaux sociaux).

Les médias sont, par excellence, un lieu d’expression privilégié pour les intellectuels : d’abord lieu de l’écrit, ils sont un espace propre à l’écriture, celui de l’écrivain, du chroniqueur. Pensons au rôle de gardien de la langue à travers la figure de Fernando Lázaro Carreter, auteur de la chronique intitulée « El dardo de la palabra », publiée dans le quotidien espagnol El País. Donnons d’ores et déjà une place au « e muet » du féminin intellectuelles.

Si l’on se tient à cette définition, les intellectuels sont : « des citadins qui voyagent et qui sont présents dans les médias ; ils sont donc en mesure de formuler des idéologies et de donner à la population une image nationale. »

Dans le contexte des luttes pour l’indépendance en Amérique latine, au XIXe siècle, l’intellectuel se glisse dans la figure du penseur politique, pour proposer un nouveau projet de société national. Au XXe siècle, les « transitions » sont aussi un marqueur commun aux espaces hispanophones et lusophones et méritent une attention particulière de la part des intellectuels.

C’est bien l’une des vocations premières de la presse que de divulguer un nouveau courant de pensée ou d’opinion, d’en percevoir les balbutiements, de prendre le pouls de la société en donnant la parole aux intellectuels, d’écrire « le premier brouillon de l’histoire », comme le déclarait Philip Graham, l’un des anciens éditeurs du Washington Post[3]. Convertis en journalistes, les intellectuels explorent, observent et décrivent l’histoire en train de se faire, une histoire immédiate[4] : « Nous entendons donc par histoire immédiate, l’ensemble de la partie terminale de l’histoire contemporaine, englobant aussi bien celle dite du temps présent que celle des trente dernières années ; une histoire, qui a pour caractéristique principale d’avoir été vécue par l’historien ou ses principaux témoins[5]. »

C’est ainsi que sont relayés, expliqués et interprétés les mouvements sociaux. Dans les années 60 et 70, par exemple, la presse écrite mexicaine s’ouvre à de nouveaux débats autour de la situation des femmes en accordant dans ses colonnes une place aux intellectuelles, à la fois témoins et actrices de leur époque. À l’écoute de la société, de son histoire, elle remplit sa fonction en rendant visibles les femmes, leurs préoccupations, leur militantisme, à une époque porteuse de changements dans la relation entre les sexes et participe pleinement à l’écriture d’une page de l’histoire des femmes.

L’intellectuel dérange : il est ce dard qui fend et pourfend les préjugés, les stéréotypes. Il participe à la construction des représentations collectives, culturelles, sociales, politiques et économiques. Nous tâcherons de battre en brèche cette définition de l’intellectuel que donne G. Bernanos : « (...) L’intellectuel est si souvent un imbécile que nous devrions toujours le tenir pour tel, jusqu’à ce qu’il nous ait prouvé le contraire. (...)[6] . »

Ces premiers éléments de réflexion prendront forme autour des propositions suivantes :

L’intellectuel, acteur et témoin de l’histoire L’intellectuel face à l’événement Les intellectuels et la construction de nouvelles représentations et identités Les intellectuels dans la sphère économique Intellectuels engagés et engagement intellectuel Intellectuels et cultures populaires Entre l’écrit et le virtuel : les traces des intellectuels Se pencher sur la place des intellectuels, c’est rendre compte de leur rôle de médiateurs, de créateurs d’opinion, selon des thématiques qui font écho aux préoccupations de Marie-Claude Chaput, pour l’Histoire du temps présent, et en particulier pour la presse espagnole et française, qui croisent une approche politique, économique et de genre, du XIXe au XXIe siècles.

Pour s’inscrire, consulter le page : http://mcchaput2016.sciencesconf.org/

Contact : mcchaput2016@sciencesconf.org

Conditions de soumission Les propositions de communications doivent tenir compte des axes presentés à l’accueil et seront soumises à l’évaluation du comité scientifique du colloque.

Ne seront évaluées par le comité scientifique que les propositions qui respecteront ces consignes et l’adéquation à la problématique et aux grands axes du Colloque.

Les auteurs devront déposer à partir du 30 janvier et avant le 30 mars 2016, leur projet de communication.

Le résumé en français, en espagnol ou en portugais comprendra :

Le titre Le nom et les coordonnées des auteurs (institution, adresse postale, téléphone, mail) Le texte (400 mots maximum, word.doc, Times Roman 12) L’annonce de la sélection des communications aura lieu le 30 avril 2016.

Pour s’inscrire

1) Enregistrez-vous sur « Sciencesconf.org », en créant un identifiant et un mot de passe ;

2) Vous recevrez un message sur votre adresse mèl pour valider votre inscription ;

3) Dans la rubrique « Espace connecté », située dans le menu à gauche, cliquez sur « Dépôts » ;

4) Dans « Dépôts », sélectionnez « Déposer un résumé » et suivez les étapes indiquées par le système.

Pour vérifier votre inscription, accédez à la rubrique « Mon espace » et cliquez sur « Mes dépôts ».

Contact pour les dépôts :  mcchaput2016-depot@sciencesconf.org

Le colloque aura lieu du vendredi 30 septembre au samedi 1er octobre 2016 à l’université Rennes 2- PILAR-ERIMIT- Rennes Métropole.

Figures de 36: l'exil espagnol et ses acteurs de l'ombre: les réseaux dans l'émergence d'une nouvelle culture transnationale

Appel à communication international – Séminaire itinérant

 

Gérone-Barcelone (Espagne) 3-4 mai 2016

Lille (France) 23-24 juin 2016

Montevideo (Uruguay) fin octobre 2016

 

Seminaire organisé dans le cadre du Programme ANR-CHispa (CHISPA) et ECOS Sur-Chispa (Cofecub), et des activités du Réseau NEOS/NEWS, en collaboration avec l’Institut de Llengua i Cultura Catalanes (ILCC – Universidad de Girona), le Departamento de investigaciones literarias de la Biblioteca Nacional del Uruguay (BIBNA), et le Centro de Estudios Interdisciplinarios Uruguayos (CEIU – Facultad de Humanidades y Ciencias de la educación - Universidad de la República)

 

 

Quatre-vingt années se sont écoulées depuis le soulèvement militaire de juillet 1936. [...].

 

Le conflit qui dévia l’histoire de l’Espagne vers une autre voie affecta la société espagnole comme jamais et plus particulièrement sa vie intellectuelle, culturelle et artistique, tant par la disparition tragique de ses figures emblématiques (Federico García Lorca, Manuel Fernández Montesinos, Constantino Ruiz Carnero, Miguel Hernández, etc.) que par l’exil massif qu’il engendra. [...]

La critique a largement étudié la vaste production artistique et intellectuelle de l'époque ainsi que les processus de transculturation, d’acculturation et de transferts qui y sont liés ; mais il est vrai que l’accent a été mis, surtout, sur les figures qui ont occupé les devants de la scène, celles qui ont donné lieu à la construction d’imaginaires collectifs fondés sur les idées de liberté, de justice, de déracinement, et qui ont réactivé des symboles (comme dans le cas de la colombe de la Paix de Picasso) ou des mythes et des lieux de mémoire (liés aux drames de Guernica ou à Grenade). La manière dont ont été sauvés des idées et des projets qui purent fructifier dans les nouveaux contextes de l’exil, nouveaux lieux d’action et de travail, a été plus particulièrement analysée. Ainsi, dans le cadre de programme, nous souhaitons compléter ce corpus littéraire et critique en étudiant des productions moins connues, celles des figures de « second rang ».

En effet, l’œuvre et l’action de ces acteurs de l’ombre nous paraissent essentiels pour comprendre les réseaux et relations qui se sont formés entre les deux continents. L'action de ces discrètes personnalités n'est que trop rarement évoquée alors qu'elle a souvent été capitale dans la mutation du paysage culturel des deux continents. Par cette perspective critique originale, nous voulons relire l’histoire des productions culturelles européennes et américaines entre les années 1936 et 1959 depuis un nouveau regard, celui de ces « satellites » (Fatiha Idmhand, 2015) qui furent des chaînons essentiels entre deux cultures ou plus et qui ont agi dans la clandestinité ou dans l’anonymat.

Pour analyser cette question, le programme entend s’appuyer sur les compétences plurielles des chercheurs qui interviendront dans ce séminaire itinérant; il s'agit de prendre en compte, grâce à l’interdisciplinarité, les différents aspects qu’ont revêtu ces relations culturelles tant sur le plan humain que du point de vue de la production intellectuelle et artistique. Il s’agira d’apporter une contribution nouvelle capable de développer d’autres études, d'autres cartes et dictionnaires (Manuel Aznar Soler, 2014).

Le séminaire sera organisé en collaboration avec les groupes de recherches qui ont travaillé sur ces thématiques et ouvert des perspectives d’études sur différents aspects de ces exils à l'instar du GEXEL, des équipes de Lille et du réseau NEOS/NEWS de 1998 à 2014, de la Cátedra de Memoria Histórica del siglo XX UCMadrid, le projet “Migrations intellectuelles” (Carmen de Mora, 2012), les chercheurs de l’Universidad de la República (Uruguay) etc.

Seront tout particulièrement appréciés des apports  issus des différentes sphères des sciences humaines (histoire, philosophie, études politiques, études littéraires, littératures comparées, théorie de la littérature et de la critique, les arts visuels, les études culturelles, la sociologie, etc.). Les études issues du domaine transdisciplinaire des humanités numériques sont fortement encouragées notamment la présentation de projets sur des archives et des manuscrits inédits de ces "satellites", le but étant de dessiner une autre cartographie de la circulation "trans-atlantique" de la pensée entre 1936 et 1959.

 

Vous pouvez proposer votre contribution en complétant le formulaire ci-joint et en précisant si vous participez à la rencontre de Gérone (envoi des propositions avant le 05-03-2016), Paris (envoi des propositions avant le 05-04-2016) ou Montevideo (envoi des propositions avant le 05-09-2016) .

Contact, information : chispa.project@gmail.com

XXVI Conference of the International Association for Media and History

March 1, 2015

Special Area: Media and Nostalgia

Indiana University (Bloomington, IN, USA), 17-20 June 2015

Papers are invited for the special area ‘Media and Nostalgia’ of the XXVI IAMHIST (International Association of Media and History) Conference, on the theme of “Media and History Revisited.”

For this special section of the conference, we welcome interdisciplinary contributions that discuss the role of nostalgia and its various relations to media.

Heritage of silenced memories

January 14th, 2015

You are invited to propose a paper to the panel "Heritage of silenced memories (panel Heri014)"

on the 12th SIEF (International Society for Ethnology and Folklore) Congress, Zagreb, 21-25 June 2015.

 

The social processes of establishing a consensual collective memory include the contest of different groups for the hegemony of their memory and the obliteration of the “other”. The aim is to identify the silenced parts of memory and heritage with the utopian question of their reconciliation.

19 Janvier 2015

La Fondation des Sciences du Patrimoine/ LabEx PATRIMA, le LabEx Les passés dans le présent et la direction générale des patrimoines du ministère de la Culture et de la Communication organisent un colloque interlabex intitulé "Les patrimoines en recherche(s) d'avenir". Il aura lieu les 24 et 25 septembre 2015 à la Bibliothèque nationale de France.

Ce colloque, qui s'adresse aux acteurs de la recherche et des institutions patrimoniales, vise à faire connaître les travaux en cours dans les labex et à proposer des pistes de recherche pour l'avenir.

Un appel à candidatures est ouvert. Les propositions sont à envoyer avant le 19 janvier 2015.

Le silence des sources

15 Janvier 2015

L’Association des Jeunes Chercheur.e.s en Histoire organise sa première journée d’études à Lyon le 29 mai 2015.

A cette occasion, l’AJCH propose de mener une réflexion collective et transpériodique sur les difficultés suscitées par les silences de sources, écrites comme orales : ce qu’ils cachent, ce qu’ils révèlent, les stratégies qui peuvent permettre de les surmonter, voire de les exploiter.

 

Consulter l’appel complet ici.
 

Sociétés sans frontières ? Les nouveaux horizons des études transnationales

15 Décembre 2014

Societies Beyond Borders ? New Perspectives in Transnational Studies

 

30 Novembre 2014

Les études linguistiques, anthropologiques, sociologiques et autres sont également indispensables pour enrichir et faire avancer le débat scientifique autour de l’avenir du multilinguisme au Maghreb. Pour l’enrichissement de ce dernier, nous proposons l’approche du multilinguisme et des problématiques de sa gestion en Afrique du Nord à travers les axes suivants :

- La situation linguistique en Afrique du Nord à travers les âges (l’Antiquité, le Moyen Âge, l’époque moderne et l’époque contemporaine).
- Fonctions des langues en Afrique du Nord à travers l’Histoire : l’amazighe, le phénicien, le grec, le punique, l’hébreu, le latin, l’arabe…
- Contacts des langues en Afrique du Nord de l’Antiquité à nos jours.

La presse et les journalistes au XIXe siècle : identités et modernités

January 1st, 2015

Congrès Médias 19 du 8 au 12 juin 2015


Le projet scientifique franco-québécois Médias 19, financé par l’Agence nationale de la recherche (France) et le Fonds de recherche québécois – Société et culture sur la période 2011-2015, achève sa phase 1. Articulé autour de la plateforme umérique www.medias19.org, le projet a été le cadre de développement d’une réflexion sur les pratiques journalistiques au XIXe siècle, sur la valorisation et l’analyse des corpus, ainsi que sur l’étude du développement de la culture médiatique dans l’espace francophone. Ce congrès est l’occasion tout à la fois de dresser un bilan des activités (notamment en exploitant les données disponibles sur la plateforme Médias 19) et de convier les chercheurs à faire état de la recherche actuelle. Organisé en cinq journées de travail, du 8 au 12 juin 2015, le congrès se fonde sur cinq grands axes qui ont été au cœur de l’action scientifique de Médias 19.

ISECS 2015 Panel: The French press in the Dutch Republic

December 1, 2014

From: Dr David van der Linden [dcv23@cam.ac.uk]

NWO Rubicon postdoctoral fellow
Queens’ College, University of Cambridge, UK

Dear colleagues,

 

For the upcoming 2015 ISECS conference in Rotterdam, we are looking for a third panelist.

The title of our panel is "Marketing the French Press in the Dutch Republic / Les marchés de la presse francophone des Provinces-Unies”. Dr Marion Brétéché (EHESS, Paris) will be exploring the authors, publication strategies, and readership of French political publications known as “mercures”, which first developed in Holland in the 1680s. My own paper will focus on the career paths of refugee Huguenot booksellers in The Hague, Amsterdam and Rotterdam. Comments and reflections will be offered by Prof Wijnand Mijnhardt (Descartes Centre, Utrecht).


Here ’ s our general abstract:
To scholars of the Dutch book market, the period between 1680 and 1730 presents something of a mystery. Whereas from 1660 onwards the twin forces of increased competition and stagnating consumer demand pushed the Dutch publishing sector into decline, the publication of French books, journals and newspapers rapidly expanded. Scholars have often explained this paradox by pointing towards two concomitant factors: the rise of the Enlightenment, which adopted French as its international lingua franca, and the immigration of French authors and booksellers, in particular Huguenots, who cornered the market for French-language publications throughout Europe. Yet because most research has focused on only a handful of well-known émigré authors and booksellers, in particular those catering to the high end of the market, we still lack a thorough understanding of the ways in which the French press developed in the Dutch market. This panel will therefore reassess the careers of French authors and booksellers in the Dutch Republic, as well as their impact on the European stage. Questions to be explored are: How successful were immigrant authors and booksellers? How far did their readership extent? And what impact did they have on the circulation of news and the European Enlightenment?

We would welcome any paper (either in French or English) that addresses these questions. If you’re interested in joining our panel, please contact me off-list (before 1 December) at dcv23@cam.ac.uk

 

2e Rencontre Tansfopress São Paulo

Cet appel est clos

Pour une étude transnationale de la presse en langues étrangères

 

Le projet Transfopress, initié par Diana Cooper-Richet en 2012, se fixe pour objectif de coordonner les études sur la presse publiée en langues étrangères dans différentes pays et de rassembler des chercheurs d’horizons variés autour d’une même ambition : identifier et organiser les fonds disponibles, mais également analyser ce corpus quasiment inexploré. La IIe Rencontre Transfopress se situe dans le prolongement de la Ie Rencontre, organisée à Paris en novembre 2013. Elle se propose de réunir les chercheurs associés au projet afin qu’ils puissent présenter les résultats partiels auxquels ils sont parvenus. Les communications sont réservées aux membres du réseau Transfopress. Les séances sont ouvertes au public.

Please reload

© 2014-2016 by Transfopress

  contact: tranfopress@uvsq.fr

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now